Auteur/autrice : Marie

La durée d’un suivi en orthophonie…

En théorie...

Il faut savoir que lorsqu’un médecin vous fait une ordonnance elle est valable pour un certain nombre de séances et renouvelable une fois pour une autre série de séances.

Ce nombre de séances varie selon la pathologie : ça peut être 50 + 50 pour la prise en charge d’un enfant autiste ou 30 + 20 pour des difficultés en langage écrit par exemple…

Bien sûr, les séances peuvent être stoppées avant s’il n’y en a plus besoin, et vous pouvez demander une nouvelle ordonnance si ça n’a pas été suffisant.

En pratique...

Vous pouvez avoir l’impression qu’on ne se mouille pas ou qu’on élude la question quand on vous le dit mais, vraiment, il n’y a aucun moyen de prévoir combien de temps il faudra !

Ça dépend de l’âge de l’enfant, de sa motivation, du temps que les parents peuvent y consacrer, de l’environnement

Ce qui est sûr c’est :

– qu’il est important de définir des objectifs précis et atteignables pour savoir où on va

– que si cela devient trop pesant pour vous et que vous ou votre enfant préférez faire une pause, n’hésitez pas à en parler avec votre orthophoniste pour décider quoi faire tous ensemble

Promis on ne vous jugera pas, on est là pour échanger avec vous et vous guider, pas vous forcer !

Nous sommes là pour vous aider !

Si je vous dis “troubles de l’oralité alimentaire“, à quels professionnels de santé pensez-vous ?

Pédiatre ?

Orthophoniste ?

Eh bien nous sommes beaucoup plus nombreux à pouvoir vous aider ! 

Qui ?

En effet, la liste des professionnel.les pouvant vous venir en aide est longue !

Orthophoniste, 

Ergothérapeutes, 

Ostéopathes, 

Psychomotricien.nes,

Psychologues, 

Diététicien.nes, 

Pédiatres, 

ORL, 

Gastropédiatres, 

Médecins traitants, 

Kinésithérapeutes, 

Consultant.es en lactation…

Et j’en passe !

L'union fait la force !

La prise en charge pluridisciplinaire est très recommandée dans le cadre des troubles de l’oralité alimentaire, l’idéal serait de pouvoir proposer des prises en charge en équipe qui seraient plus complètes et qui s’adapteraient à chaque patient !

Où les trouver ?

Malheureusement ces équipes pluridisciplinaires n’existent pas ou peu en France, et il faut donc s’entourer des bonnes personnes en les trouvant une par une (ce qui, j’en conviens, peut se révéler être un vrai parcours du combattant…)

Dans l’idéal, je vous conseille de trouver une personne de confiance et de lui en parler, car ce.tte professionnel.le aura sûrement un réseau auquel il ou elle pourra vous adresser ! 

La respiration buccale

J’ai récemment participé au congrès d’orthodontie pédiatrique de la SFOP et je vous avais promis sur les réseaux de vous parler de l’intervention de Morgane Warnier au sujet de la respiration buccale.

Voici ce que j’ai retenu de son intervention !

C'est quoi ?

La respiration peut être :

  • nasale
  • buccale
  • mixte

On alterne entre les 3 et on n’en n’utilise jamais qu’une seule (quand on parle de respiration buccale, on cherche en fait à observer la prédominance et la persistance de la respiration buccale).

Que faire ?

Il est essentiel d’en parler afin de pouvoir dépister, diagnostiquer, puis traiter correctement la respiration buccale

La prise en charge nécessite l’intervention d’une équipe pluridisciplinaire (orthodontiste, orthophoniste et ORL au minimum)

Le dépistage est l’affaire de tous : toutes les personnes qui côtoient l’enfant (pros et parents) doivent être informés afin de garder l’oeil ouvert et alerter si besoin.

Quels sont les signes ?

L’ enfant ronfle ? Dort la bouche ouverte ? A le nez bouché tous les jours ? Bave la nuit ? A le nez qui chatouille ?

On peut aussi observer des apnées du sommeil, des grincements de dents, des enfants qui ne mangent que des aliments mous, pas de viande …

Notez que la respiration buccale peut avoir un impact POTENTIEL sur la mastication, la déglutition, et la morphologie.


 

La technique secrète pour intégrer n’importe quel aliment

Le chainage alimentaire est une technique simple et très efficace pour permettre à l’enfant avec un trouble de l’oralité alimentaire de manger de nouveaux aliments.

C'est quoi ?

Comme son nom l’indique il s’agit de créer une “chaîne” : on part de ce que l’enfant peut manger pour aller vers un aliment cible.

Pour cela, on va détailler le chemin en plusieurs petites étapes en trouvant des aliments proches du précédent, et en ne changeant qu’un élément (la forme, la couleur, la taille, la marque…)

On permettra ainsi une habitation sensorielle en douceur, mais surtout, on accumulera des réussites à chaque petite étape !

Comment on fait ?

En lisant cela vous devez probablement vous demander : et si mon enfant refuse ce nouvel aliment ?!?

C’est une excellent question et la réponse est toute simple : pour chaque nouvel aliment de la chaîne, on va respecter différentes étapes pour y aller petit à petit, ne pas effrayer l’enfant, et encourager les réussites !

Pour chaque nouvel aliment l’enfant doit pouvoir :

– supporter qu’il soit posé à table 

– supporter qu’il soit dans son assiette

– pouvoir le sentir

– pouvoir le toucher

– pouvoir lui faire un bisou

– pouvoir le lécher

– pouvoir en croquer un morceau et le recracher

– pouvoir le manger

A noter

Certaines étapes seront très rapides ou inutiles, d’autres prendront plus de temps : ça dépend de chaque enfant et de chaque aliment… et c’est normal !

Si une étape ne fonctionne pas, on retente la même étape le lendemain mais on n’abandonne pas (je sais, ça ne fait pas rêver, mais ça vaut le coup, promis…)

Proposer à votre enfant un support écrit pour visualiser sa réussite et noter ses victoires peut être très efficace, surtout pour les plus grands !

Pour des explications plus détaillées, vous pouvez aussi retrouver la description précise et pas à pas du chainage alimentaire dans Mon carnet d’activités ainsi que dans les Ateliers Parent Equipé, dans la rubrique « boutique » du site.




Trouver une orthophoniste

Mais pourquoi est-ce si difficile de trouver une orthophoniste ? 

Pourquoi sont-elles toutes sur répondeur

Et pourquoi les listes d ‘attentes sont-elles si longues

Le numerus clausus

Comme en médecine, le concours d’orthophonie est soumis à un numerus clausus : c’est à dire qu’il y a un nombre de places limitées et qu’on ne peut pas former plus d ‘orthophonistes que le nombre prévu chaque année ! 

L'année blanche

Il y a quelques années, les études d ‘orthophonie sont passées de 4 à 5 ans.

De fait, en 2017, il n’y a eu aucune orthophoniste diplômée en France ! 

Logique : elles entraient alors en 5ème année d ‘orthophonie pour la toute première fois… 

Les pathologies

Les orthophonistes prennent en charge des pathologies de plus en plus nombreuses, variées, et complexes… et c’est passionnant ! 

Mais forcément, ça représente aussi un plus grand nombre de patients à prendre en charge alors que le nombre d’orthophonistes, lui n’évolue pas ou peu. 

Par ailleurs, à cause de leur pathologie certains patients ont besoin d’orthophonie pendant de nombreuses années : les créneaux sont donc attribués pour longtemps et ne se libèrent pas… 

Le manque de place

Pour les pathologies les plus lourdes comme certains handicaps, il n’y a pas assez de place dans les structures spécialisées, et les familles peuvent attendre désespérément pendant plusieurs années !

Pendant ce temps-là, les patients sont accueillis en cabinet libéral, où les places se font de plus en plus rares aussi… et c’est le serpent qui se mord la queue !

La difficulté

Car oui, même si nous faisons tout notre possible pour rendre les séances ludiques et agréables pour nos patients, le métier d’orthophoniste ne consiste pas à “jouer toute la journée” comme nous l’entendons parfois… 

En plus des départs à la retraite, certaines orthophonistes sont contraintes d’arrêter leur métier par épuisement, par découragement, à cause de problèmes de santé… ou parce qu’elles ne peuvent plus tenir financièrement !

Les défis de l’été

Cet été sur Instagram, les défis de l’été ont duré 45 jours pour vous accompagner du 15 juillet au 31 août !

C'est quoi ?

Les défis de l’été c’était 2 vidéos par jour pendant 1 mois et demi :

  • une vidéo défi le matin
  • une vidé debrief le soir 

Ces vidéos ont été divisées en 5 blocs :

  • 9 jours d’habituation sensorielle (une technique utilisée pour goûter un nouvel aliment)
  • 9 jours de défis sensoriels variés pour se désensibiliser en passant par le jeu
  • 9 jours d’habituation sensorielle (pour goûter un nouvel aliment)
  • 9 jours de défis sensoriels variés 
  • 9 jours d’habituation sensorielle (pour goûter un troisième aliment)

C'était bien ?

C’était super ! J’ai adoré passer cet été avec vous, on a pu échanger tous les jours, vos enfants ont bien progressé et vous m’avez envoyé plein de photos !

Par contre, vous m’avez fait le même retour à plusieurs reprises : les défis de l’été sont passés en story Instagram, c’est à dire que les vidéos duraient 24h puis disparaissaient !

Vous avez trouvé que c’était parfois difficile de garder le rythme et dommage de rater les vidéos certains jours quand vous n’étiez pas dispos… 

Et du coup... ?

Du coup j’ai cherché une solution… et les Ateliers Parent Equipé sont nés !

Dès le 29 septembre 2021, vous pourrez retrouver ces ateliers sur la boutique du site Parent Equipé. 

Le but: vous donner accès à des ateliers sous forme de vidéos en illimité pour que vous ayez le temps de les faire (et même de les refaire si besoin)!

Et comme j’ai voulu personnaliser ces ateliers au maximum, les Ateliers Parent Equipé ce n’est pas que des vidéos activités mais un pack complet avec :

  • 5 vidéos bonus (“trouver une orthophoniste”, “comprendre le chainage alimentaire”, “21 essais pour tout aimer”…) 
  • un document support PDF à imprimer 
  • un groupe privé sur lequel je serai présente pour répondre à vos questions 

Rejoignez la communauté des parents équipés et découvrez comment vous pouvez aider votre enfant !

0
    0
    Votre Panier
    Votre panier est videRetour à la boutique